Clément Harmegnies

C’est petit qu’il attrape le virus du gaming et cela devient rapidement une véritable passion. Ses parents, relativement ouverts sur le sujet, n’hésitent pas à lui donner une bonne liberté, tant en termes de temps de jeu que de jeux vidéo eux-mêmes.

Il découvre donc des titres emblématiques sur différentes consoles. PS1, PS2, Gameboy et ordinateur sont ses premiers amours et il s’étendra – au fur et à mesure des années et des sorties – à la Gamecube, la Nintendo DS, PS3, la Wii, la PS4 et la Switch. Il y découvre de formidables titres, des jeux comme Advance Wars, Crash Bandicoot, Ratchet & Clank. Son intérêt s’étend rapidement à d’autres genres de jeu. La stratégie, avec les Alerte Rouge, les C&C et les Age of ; les RPG, beaucoup, en commençant par Pokemon et en évoluant vers des titres plus matures, comme Baten Kaitos, et la série des Tales of ; l’action avec les Resident Evil, les Call of et les Resistance ; et même la simulation, avec les Sims, Zoo Tycoon et Restaurant Empire !

Son grand amour demeure cependant la science-fiction et la capacité qu’elle a à parler du réel tout en nous transportant dans un avenir souvent sombre et dystopique. A cet égard, les Mass Effect sont ses jeux préférés. Il est aussi particulièrement touché par les histoires de la série Deus Ex. Mêlant sa passion du genre pour la stratégie et le godlike, il aime aussi beaucoup Homeworld, Sins of a Solar Empire, XCOM, Planetbase et Rimworld.

Mais comment en est-il, de là, arriver jusqu’à l’analyse des composants, des configs, et du chapelet de termes techniques inévitable ? Simplement la passion du gaming, et sa volonté de considérer cet univers dans son ensemble. Les jeux vidéo demeurent bien sûr le cœur de sa passion, mais il envisage désormais tous les à-côtés : culture pop, technologies, actualités, mobilier et, bien entendu, composants et configs d’ordinateur !

En parlant de config, d’ailleurs, il n’est pas bien enjoué par la sienne. Il ne se lance pas dans le détail de chaque composant, mais sa carte graphique donne le ton : une GTX 1060. Autant dire des années lumières dans l’univers du gaming. Il ne désespère toutefois pas et économise pour se constituer une nouvelle config.

Là, par contre, il est beaucoup plus prolifique pour détailler les composants : une RTX 3080 au minimum pour la carte graphique, 16 Go de mémoire bien entendu, un i7-10700k ou l’équivalent AMD (constructeur pour lequel il a une préférence par rapport à Intel, en perte de vitesse et assez onéreux). Il veut, de plus, un écran 1440p, une résolution qu’il estime être un parfait compromis entre graphisme et performance. De cette façon, il pourra enfin se lancer dans le jeu qu’il attendait depuis un moment : Cyberpunk 2077. Non, il ne faut même pas y penser, il n’y jouera pas sur console…

Découvrez son parcours et son profil sur LinkedIn