Logitech G502 Lightspeed Test : Excellente mais chère

Si vous recherchez quelles sont les meilleures souris gamer, nul doute que vous tomberez très souvent sur la G502 Lightspeed de Logitech. Cette marque d’informatique reconnu a réussi à construire une excellente réputation quant à la qualité de fabrication et à la fiabilité de ses produits. Une réputation méritée ? Je vous invite à découvrir mon test de la Logitech G502 Lightspeed en détail.

Caractéristiques de la Logitech G502 Lightspeed

Logitech G502 Lightspeed : vue d’ensemble
Connexion : souris gamer avec ou sans fil
Autonomie : jusqu’à 60h (sans RGB) ou jusqu’à 48h (avec RGB)
Dimensions : 13,2 x 7,5 x 4,0 cm
Poids : 114 g
Câble : flexible, longueur de 1,80 m
Capteur optique : HERO
Fréquence : 100 Hz (1 ms, paramétrable)
Accélération : 40G
Boutons : 2 clics gauche / droite, 2 boutons avant / arrière, 2 boutons DPI, molette, bouton batterie et (dé)crantage molette
Boutons paramétrables : oui, tous
Plages de DPI : 800 ; 1300 ; 3200 ; 6400 (sniper : 400 DPI)
DPI max (pas par défaut) : 25 600 DPI
Vitesse : 400 IPS max.
RGB : technologie LightSync, 2 zones
Logiciel : oui, GHub
Garantie : 2 ans

Arrivée du colis et unboxing

Le matériel a été commandé via Amazon, il est arrivé rapidement et sans problèmes.

Je découvre une boîte à l’apparence très Premium. L’aspect visuel travaillé me plaît beaucoup. Je suis ce genre de gamers, vous savez, qui aiment afficher les boîtes de matos et de consoles en mode « déco ». Cette boîte va donc rejoindre les autres, assurément !

A l’ouverture, on retrouve la G502 Lightspeed, délicatement installée dans son écrin, comme un bijou. Sous l’étui se trouve le reste du matériel : le dongle USB et des poids d’ajustement ; le câble USB ; un mot de la team Logitech et son logo en autocollant ; la notice de garantie et de sécurité ; le manuel d’utilisation.

Celui-ci est très succinct, mais amplement suffisant et traduit. Il détaille les boutons et leurs fonctionnalités, en associant « G » à un chiffre. On retrouve les dénominations en question gravées sur chaque bouton de la souris ; on peut donc se référer au manuel au besoin, pour connaître telle ou telle fonction. C’est à CE niveau de détail que l’on est, oui !

J’ai apprécié le fait que le fabricant se soit montré très soigneux dans le packaging. Tous les éléments sont correctement disposés et protégés : des plastiques protègent la souris sur les côtés et en-dessous ; les poids d’ajustement et le dongle USB sont rangés dans une boîte à part. Un embout pour le câble USB n’aurait pas fait de mal, mais bon c’est un détail.

 

Un design esthétique, résolument gaming et top qualité

Côté qualité des matériaux, Logitech est parfaitement à la hauteur de sa réputation. Le design est irréprochable, avec des plastiques de belle qualité, qui ne prennent pas les traces de doigt. La souris promet une belle durabilité. Le câble USB, quant à lui, est tressé, fin et long ; il a aussi l’avantage d’être plus souple que pour la Corsair Dark Core Pro RGB. J’aime beaucoup l’allure haut-de-gamme du matériel.

Côté esthétique, Logitech a mis le paquet. D’ailleurs, il a pleinement embrassé la cause du gaming, en en adoptant tous les codes. Le corps est élancé, dynamique et sans trop de rondeurs. Ce sont surtout les formes qui dominent, et au premier plan, les lignes droites créées par les différents boutons. Une ligne est un peu plus profonde que les autres, ajoutant du relief à l’ensemble. Le clou du spectacle : le design agressif et pointu des clics gauche et droite, parfaitement dans l’esprit gaming et racing.

Avis sur l’ergonomie de la souris gamer G502 Lightspeed

Logitech a pour habitude de vanter les nombreuses études et recherches qu’il met à profit pour proposer à sa clientèle des produits ergonomiques. Concrètement, qu’est-ce que ça donne ?

A la première prise en main, je remarque que la paume est moins embrassée que sur la Corsair. Impression confirmée quand on regarde les dimensions : 132 x 75 x 40 mm pour la G502 Lightspeed contre 127 x 89 x 43 mm pour la Dark Core Pro. La souris gamer de Logitech est un peu plus petite de chaque côté, et englobe donc moins la main. Elle est donc plus accessible aux moyennes mains, mais fait – à mon sens – moins bien que la Corsair pour les grandes mains. Pour les petites mains, en revanche, mieux vaut se diriger vers une SteelSeries Rival 3, une Glorious Model D ou une Razer Deathadder V2.

J’apprécie beaucoup l’effort fait par Logitech concernant le poids. Avec 114g au compteur, on s’éloigne des plus de 130g de la Corsair. Et dans le même temps, la souris gamer G502 Lightspeed de Logitech se paye le luxe d’offrir une meilleure autonomie ! Le fabricant est donc gagnant sur les 2 plans.

L’intelligence de conception est aussi à souligner. Logitech prévoit sous la souris un espace afin de ranger le dongle USB et de placer les poids d’ajustement. L’ouverture est magnétique, comme pour la Dark Core, mais là il faut forcer davantage. Pour la recharge, le branchement se fait à l’avant ; pratique pour jouer en filaire, mais le port est assez loin de l’entrée. On y va donc à tâtons, sans forcer, jusqu’à entendre le fameux « clic » salvateur.

Les boutons, enfin, me plaisent beaucoup. Je trouve leur disposition intelligente, et ils se démarquent suffisamment du reste du corps pour éviter les missclicks.

La Logitech G502 Lightspeed en jeu : des performances au top

A la première prise en main, je me suis senti un peu moins à l’aise que sur la Corsair Dark Core Pro RGB. Mais en fait, c’est simplement parce que je m’y étais habitué ! Déjà au bout de quelques heures, c’est presque comme si la souris gamer de Logitech n’existait plus, comme si elle était devenue une extension naturelle de ma main et de mon poignet. Forcément, vous imaginez le plaisir que c’est quand vous êtes en jeu ! Ce, d’autant plus que les efforts faits par Logitech pour réduire le poids par rapport à l’ancienne version payent : le mouvement est fluide, la glisse est superbe, et je n’ai pas mal au poignet après plusieurs heures consécutive d’utilisation.

J’ai été assez impressionné par la réactivité du capteur Hero. Le moindre mouvement que vous effectuez, le capteur l’enregistre et le reproduit à la perfection. La précision est sublime : la souris parvient à ignorer les tremblements involontaires du poignet tout en considérant chacun de vos mouvements. C’est une belle intelligence de conception qu’a ce capteur, et pour cause, j’ai noté une amélioration au niveau de ma précision sur les ennemis.

Une souris gamer très polyvalente

 

Le matériel a clairement été pensé pour convenir au maximum de gamers, quels que soient le genre de jeu.

Sur la Corsair Dark Core, je pouvais regretter un léger manque de précision à bas DPI du fait du poids de l’engin. En revanche, cela est irréprochable pour la Logitech G502 Lightspeed. Forcément, les amateurs de Wolfenstein et autres FPS seront les plus ravis. Le fameux bouton « Sniper », à 400 DPI, est un véritable plaisir à jouer. Tant que vous le pressez, il est enclenché, et dès que vous le lâchez, les DPI reviennent au niveau que vous aviez précédemment. C’est fluide et bien pensé pour les situations stressantes où une poignée de secondes peut faire la différence.

Pour les joueurs de MOBA, les boutons sont évidemment les plus intéressants. Presque tous paramétrables, ils offrent une grande liberté en complément de la création de macros, via l’éditeur GHub.

La souris gamer G502 Lightspeed est performante et polyvalente, c’est excellent !

Le logiciel GHub pour la Logitech G502 Lightspeed

Le logiciel GHub est à télécharger depuis le site du fabricant, on ne vous propose pas de l’installer directement au branchement de la souris. Pour commencer, il faut insérer le câble dans l’ordinateur et le connecter au boîtier sur lequel est branché le dongle ; il faut ensuite allumer la souris. Il ne vous reste plus qu’à installer le logiciel pour terminer l’installation. Eh oui : le téléchargement du logiciel est nécessaire ; comme pour une certaine Dark Core Pro, d’ailleurs…

Le téléchargement et l’installation sont plutôt rapides, la souris est reconnue rapidement. Depuis le bureau, vous devez cliquer sur le matériel (G502 Lightspeed) et vous accédez alors aux paramètres. Vous pouvez choisir l’affectation des touches, toutes programmables à l’exception de celle changeant le roulement de la molette. Un éditeur de macros est également prévu pour des actions spécifiques.

Dans « Sensibilité (PPP) », je retrouve les plages DPI, personnalisables elles aussi. Elles sont au nombre de 4 par défaut : 800, 1600 ; 3200 et 6400, ainsi que le mode sniper à 400 DPI. Personnellement, j’ai changé les 1600 DPI pour 1300, un bon compromis entre vitesse et précision à mon sens.

Reste la dernière fonctionnalité, Lightsync. J’en arrive donc au RGB… et là, je suis déçu. La souris n’offre que 2 zones paramétrables : le logo et les 3 barres indiquant la résolution sur le côté (d’ailleurs pas activées en permanence par défaut). Côté personnalisation, ce n’est guère mieux. On a tout juste droit à 5 effets et l’option de désactivation. Clairement, je suis déçu, mais pas tellement surpris : c’est très certainement un choix volontaire de Logitech, premièrement pour préserver l’autonomie, deuxièmement pour conserver un look Premium.

 

Le RGB est effectivement souvent accusé d’être « tapageur » ; on peut donc comprendre que le fabricant ait visé le minimalisme ici. Mais pour le « Jacky Tuning » que je suis, j’avoue que je trouve ça très (trop) léger…

Conclusion du test de la souris gamer Logitech G502 Lightspeed

Est-ce la meilleure souris gamer qu’il m’ait été donné de tester ? Je le pense. Est-ce ma préférée ? J’ai encore des doutes, mais cela se fait sur des éléments qui n’auront pas d’importance pour d’autres. Le RGB, je le disais, est trop pauvre à mes yeux, et quand bien même c’est un choix volontaire de la part de Logitech, j’aurais au moins aimé qu’ils donnent plus de possibilités.

Pour autant, je ne peux pas ignorer les nombreuses prouesses que Logitech accomplit avec sa G502 Lightspeed. Un capteur au top, une prise en main rapide, agréable et confortable, une qualité de fabrication irréprochable et une attention portée aux moindres détails : la souris gamer me séduit. Plus qu’à espérer, de mon côté, la voir dans une future version un peu plus créative côté RGB…

J’ai aimé :

  • La qualité des matériaux et des finitions
  • L’autonomie monstre
  • Le poids contenu
  • La prise en main agréable et confortable
  • Les nombreux boutons paramétrables
  • Les poids supplémentaires d’ajustement

J’ai moins aimé :

  • Le RGB bien trop limité
  • Le logiciel est nécessaire pour l’installation
  • Le prix élevé

Laisser un commentaire