Glorious Model D Test : Que vaut elle vraiment ?

Véritable référence dans le domaine de l’eSport, Glorious a su conquérir le cœur des gamers grâce à des souris gamer très légères. Faciles à prendre en main et confortables, elles déploient de plus un design superbement original qui ne laisse pas indifférent. Depuis le succès de sa Model O, Glorious a amélioré son premier bébé afin d’en sortir une version encore plus aboutie. Je vous invite donc à découvrir en détail mon test et avis sur la souris gaming Model D, par le fabricant Glorious.

Caractéristiques de la Glorious Model D

Avant de vous plonger plus en avant dans les détails du test, je vous invite à consulter le tableau récapitulatif ci-dessous. Celui-ci reprend les principales caractéristiques techniques de la souris ainsi que ses différentes fonctionnalités.

Glorious Model D : vue d’ensemble
Connexion : souris gamer filaire
Dimensions : 12,8 x 6,7 x 4,2 cm
Poids : 69 g
Câble : flexible, longueur de 2 m
Capteur optique : Pixart 3360
Fréquence : 1000 Hz (1 ms, paramétrable)
Accélération : 50G
Boutons : 4 centraux, 2 latéraux (gauche)
Boutons paramétrables : oui, tous
Plages de DPI : 400 ; 800 ; 1600 ; 3200
DPI max (pas par défaut) : 12 000
RGB : 8 modes + désactivation
Logiciel : oui
Garantie : 2 ans
En option : pieds pour l’envers de la souris

Réception & Unboxing

J’ai commandé la souris via LDLC, ayant déjà eu de bonnes expériences par le passé. Une fois de plus, je suis ravi : la souris est arrivée en parfait état, tout juste 2 jours plus tard.

L’emballe est très sérieux, avec un design assez classe et déjà original. Plutôt que d’afficher une image de la souris de façon brute, le constructeur fait ici le choix de la subtilité. On retrouve donc sur le fond blanc, en surbrillance, les contours de la souris. Et déjà le corps perforé attire toute mon attention… En bref, rien que la boîte se présente déjà sous un beau jour, très Premium pour le prix.

Viens le moment d’ouvrir le coffre au trésor. Outre la souris filaire avec son câble flexible, on retrouve une note de fondateur, des goodies (comme des autocollants) et une présentation des autres produits de Glorious. C’est plutôt généreux et en phase avec l’envie de partir sur un packaging Premium. Le manuel, quant à lui, est assez bref, mais tant mieux : il fait le taff en allant à l’essentiel. Seul désarroi : il est en anglais uniquement.

Concernant l’emballage de la souris, j’ai vu mieux. On est sur quelque chose d’assez sommaire : pas d’embout pour protéger l’USB ni de plastique en-dessous de la souris, par exemple. Je ne constate toutefois aucun défaut sur le matériel, donc je passe rapidement.

Design & Ergonomie de la Glorious Model D

J’étudie ce point-ci sous trois angles : la qualité, l’esthétique et la conception.

Sur la qualité, je passerai honnêtement très vite, car je n’ai rien à redire. Les plastiques sont de bonne fabrication et le cordon USB tressé respire la durabilité. Les finitions sont exemplaires.

L’esthétique est certainement ce qui marque l’originalité de ce modèle. Avec son corps perforé, elle en fera rire certain pour son côté « râpe à gruyère », mais personnellement, je trouve ça sympa. Sinon, on reste sur un corps classique, avec des courbes et rondeurs sur les côtés, et un format plus agressif vers l’avant. Le contraste me fait d’ailleurs penser à la Razer Deathadder V2. Notons le logo de Glorious sur le côté gauche, pour conférer au matos un peu plus de caractère ! Il aurait été sympa qu’il soit lui aussi RGB comme sur les modèles Steel Series, mais c’est un détail.

Terminons par la conception. Les dimensions de la souris Model D sont de 128 x 67 x 42 mm. Même si j’ai pu m’en servir avec aisance et confort en jeu avec mes grandes mains, je pense qu’elle est davantage destinée aux petites et moyennes mains. Pour les grandes paluches, la Corsair Dark Core RGB sera plus à votre goût. Elle affiche par ailleurs un poids de 69g : elle est donc sacrément légère et répond donc parfaitement aux mouvements du poignet, même les plus subtils. Sa glisse est d’ailleurs irréprochable, même sans tapis de souris. Il vous est possible d’acheter des patins en supplément, mais honnêtement, le matériel se suffit déjà amplement à lui-même.

Terminons sur les différents boutons : on trouve bien sûr les clics « droite » et « gauche », mais également la mollette (crantée, réactive et très agréable), un bouton central et deux autres boutons situés sur la gauche. Leur disposition est bien pensée : le bouton central permet par exemple de régler les DPI. Dans un FPS, pour passer d’une séquence nerveuse à une séquence de précision, vous pouvez donc changer les DPI à la volée. La plage de sensibilité est indiquée par un code couleur, lequel s’allume sur un indicateur situé… en-dessous de la souris. Pour le coup, ça me paraît un peu contre-productif : si vous êtes dans le rush d’un jeu ou d’un 1v1 en CàC, vous n’avez pas vraiment le temps d’aller jeter un œil sous la souris Glorious D.

Performances

A peine en main, la souris gamer Glorious Model D me conquiert déjà largement. Mais après tout, si je l’ai acheté, c’est bien pour m’en servir !

A l’utilisation, j’ai eu une expérience plus que satisfaisante. La souris est hyper agréable à utiliser, et son corps offre un contact sympa avec l’épiderme. Le capteur est précis et sans latence, pour une parfaite réactivité. J’ai marginalement noté un meilleur ratio kill / death en jeu, notamment quand je suis attaqué dans le dos, simplement parce que je peux réagir en jeu bien plus rapidement.

Il en va de même pour les boutons : je n’ai fait aucun missclick, l’utilisation est très intuitive. Bon, en même temps, elle va à l’essentiel avec juste 2 boutons latéraux, donc ce n’est pas bien difficile à saisir.

Les plages de DPI disponibles sont au nombre de 4 ; par défaut, elles sont établies sur 400, 800, 1600 et 3200 DPI. Vous pouvez certes pousser jusqu’à 12 000 DPI via le logiciel (voire ci-dessous), mais à moins d’être un vrai pro, j’ai du mal à en voir l’intérêt.

Bref, vous l’aurez compris : les performances de la Model D sont pleinement convaincantes.

Le logiciel Glorious Model D

Puisqu’il s’agit là d’une souris gamer paramétrable, allons jeter un œil du côté du software. Il vous suffit pour cela de taper la référence de la souris dans Google + software, et vous pourrez le télécharger depuis le site officiel. Il apparaît au format compressé ; Winrar et consorts sont vos amis. On y retrouve le programme, ainsi qu’un fichier « Lisez-moi », plutôt bien pensé. Il vous invite par exemple à ne pas activer telle ou telle fonctionnalité selon les situations, comme « améliorer la précision du pointeur » dans le cas du gaming.

Je repère cependant un premier bémol : tout est en anglais, du « Read me » à l’interface du logiciel. Ça vous fera travailler la langue de Shakespeare, remarquez, mais une traduction serait la bienvenue.

Celui-ci se présente sous la forme d’une seule et unique fenêtre où toutes les fonctionnalités et tous les onglets sont centralisés. Au milieu, la souris trône fièrement, les numéros reprenant les différents boutons. Il vous est alors possible d’assigner de nouvelles fonctions via le menu de gauche, par exemple pour augmenter / baisse le volume. Un éditeur de macro est également disponible.

Sur la droite du logiciel, vous accédez aux paramètres avancés avec, en premier lieu, le réglage des DPI. Comme je vous l’indiquais, chaque plage de DPI correspond à une couleur qui s’affiche sur l’indicateur ; mais vous êtes totalement libre de personnaliser ça ! Vous pouvez donc choisir les niveaux de sensibilité, mais également les couleurs que vous désirez associer. Outre les DPI, vous disposez ensuite de plusieurs onglets dédiés aux réglages spécifiques, davantage réservés aux connaisseurs.

Venons-en au RGB, enfin. Un menu déroulant simple vous propose de choisir parmi plusieurs « modes », comme « Wave », « Rave » ou encore « Glorious » : pas moins de 8 modes au total ! Il faut reconnaître que c’est du plus bel effet, et que la personnalisation est assez poussée, avec la possibilité de choisir précisément la nuance chromatique désirée. Pour aller plus loin, il aurait été intéressant de pouvoir paramétrer la souris zone par zone ; en l’état, chaque mode s’applique à l’intégralité de la souris. Heureusement, les quelques effets de personnalisation spécifiques (comme la vitesse, la luminosité, le sens de défilement des couleurs, etc.) suffisent amplement.

Conclusion du test de la souris gamer Glorious Model D

Mon avis sur le Model D de Glorious est plus que positif. Dès l’unboxing, on découvre un matériel de qualité, solide et Premium. Le design de la souris gaming avec son corps perforé lui confère une touche d’originalité bienvenue. L’impression rien qu’à la vue se confirme dès la prise en main. La souris est légère et sa forme est ergonomique, facilitant la préhension et l’intuitivité d’utilisation. Bien que très confortable, je la trouve tout de même un peu moins adaptée qu’une Logitech G502 Lightspeed ou une Corsair Dark Core RGB pour les grandes mains. Reconnaissons que ce sont là des gammes de prix autrement plus élevées.

Côté performances, la souris mérite amplement son label de « gamer ». Parfaite fluidité, capteur réactif, pointeur précis : l’utilisation de la Glorious Model D est un plaisir, notamment pour les FPS / TPS.

Au vu de son excellent rapport qualité-prix, je ne peux que vous la recommander !

J’ai aimé :

  • La belle qualité de construction et des finitions
  • Le design original et réussi
  • La conception hyper légère, très confortable
  • La réactivité du clic et des déplacements
  • Le logiciel intuitif et facile d’utilisation
  • Un RGB plutôt travaillé
  • Adaptée aux petites et moyennes mains…

J’ai moins aimé :

  • … moins aux grandes
  • Le manuel et le logiciel uniquement en anglais
  • L’indicateur de DPI sur l’envers de la souris

Laisser un commentaire