Accueil » Périphériques et Accessoires » Souris » SteelSeries Rival 3 Test : La Souris RGB abordable

SteelSeries Rival 3 Test : La Souris RGB abordable

Photo de la SteelSeries Rival 3

Si les meilleures souris gamer peuvent se révéler particulièrement onéreuse (coucou la G502 LightSpeed de Logitech), d’autres modèles misent sur l’accessibilité et le rapport qualité. C’est le cas de la souris gamer SteelSeries Rival 3, dont je vous présente le test aujourd’hui. Disponible à moins de 40 euros, le modèle reprend les caractéristiques typiques de la souris gamer, ainsi du RGB, des boutons paramétrables ou encore du réglage des DPI. Découvrons en détail comment le produit se présente et quelles en sont les performances.

Test de la souris gamer SteelSeries Rival 3

La review entre dans le détail du design, des fonctionnalités et des performances de la souris. Vous pouvez retrouver dans le tableau ci-dessous ses principales caractéristiques techniques.

SteelSeries Rival 3 : vue d’ensemble
Connexion : souris gamer filaire
Dimensions : 12,6 x 5,8 x 3,79 cm
Poids : 77 g
Câble : flexible, longueur de 1,8 m
Capteur optique : TrueMove Core
Fréquence : 1000 Hz (1 ms, paramétrable)
Accélération : 35G
Boutons : 4 centraux, 2 latéraux (gauche)
Boutons paramétrables : oui, tous
Plages de DPI (par défaut ; jusqu’à 5 plages) : 800 ; 1600
DPI max : 8500
Vitesse maximale : 300 IPS
RGB : 3 modes + désactivation ; réglage par zone (3 zones)
Logiciel : oui, SteelSeries Engine
Garantie : 2 ans

Arrivée du colis & Unboxing

Boite de la SteelSeries Rival 3

Comme pour la Glorious Model D, j’ai commandé la SteelSeries Rival 3 via LDLC. Toujours une bonne expérience, avec une livraison rapide.

A l’ouverture du colis, la boîte m’apparait sérieuse et attractive, avec sa dominante orange très dynamique. Cela entre en fait en cohérence avec le prix accessible de la souris. On n’est certes pas sur quelque chose de cheap, mais pas non plus Premium : on est dans le friendly et l’accessible. Perso, j’adhère, au moins le fabricant ne mise pas tout sur le marketing, c’est déjà un bon point.

J’en arrive maintenant à l’unboxing. Pas de chichis : on retrouve juste la souris avec son câble USB d’1,8 m. Le tout est dans un étui en carton et bien protégé grâce aux plastiques.

Unboxing de la SteelSeries Rival 3

Mon avis sur la SteelSeries Rival 3 est d’emblée très positif : le fabricant ne fait pas de fioritures, il va à l’essentiel et répond à mes attentes.

Design & Ergonomie

photo de la SteelSeries Rival 3

Comme pour les autres tests de souris gamer, je m’emploie à détailler cette section en trois points : la qualité de fabrication, l’esthétique et la conception.

En ce qui concerne la qualité, je suis honnêtement bluffé. Les plastiques m’apparaissent très solides et durables, et les finitions sont impeccables. Le corps est parfaitement lisse, sans rayures, et ne prend pas les traces de doigt. Le contact, lui, est agréable. Concernant le câble, j’apprécie la flexibilité, mais je regrette toutefois qu’il ne soit pas tressé, comme pour la Razer Deathadder V2. Cela lui aurait effectivement accordé une meilleure résistance. Pour le prix, toutefois, c’est pleinement convaincant.

photo de la SteelSeries Rival 3

Côté esthétique, je n’ai pas grand-chose à en dire, on reste sur quelque chose de relativement classique, mais très fonctionnel et passe-partout. Le caractère du design est apporté par le logo RGB et les lignes autour des clics, créant des effets de relief. A nouveau, on comprend que SteelSeries a joué la carte de l’accessibilité, afin de convenir au plus grand nombre.

Terminons maintenant sur la conception de la souris. Au vu de ses dimensions (126 x 58 x 37,9 mm), la souris m’apparaît a priori davantage réservé aux petites et moyennes mains ; j’y reviens ci-dessous. La prise en main semble agréable, de même pour l’accès aux boutons. Bien que très fins, ils se démarquent du reste de la souris au simple toucher ; on peut donc appuyer, sans missclick, sans avoir besoin de regarder. Pratique pour rester concentré sur le jeu ! Je termine sur la mollette, assez classique et légèrement crantée. Je suis davantage fan de la mollette de la Glorious Model D, avec plus de reliefs et de sensations.

De très bonnes performances pour la SteelSeries Rival 3

Passons maintenant en jeu – j’ai passé plusieurs bons moments sur Star Wars Battlefront 2 avec cette souris gamer. Confortable, elle est relativement facile à prendre en main, même si je la recommande surtout pour les petites et moyennes mains. Les miennes sont assez grandes, et je galère parfois à trouver la bonne position à adopter pour le poignet et les doigts. Elle glisse parfaitement, en toute fluidité, y compris sans tapis de souris.

A l’utilisation, le capteur optique TrueMove Core déploie une formidable réactivité. Tout mouvement du poignet est immédiatement reproduit à l’écran, pour une superbe précision. Grâce aux fonctionnalités incluses dans le logiciel (voir ci-dessous), il est même possible par exemple de « rigidifier » afin de gagner en précision dans les moments de shoot les plus tendus. Selon la situation, vous pouvez adapter à la volée les DPI grâce au bouton central. Personnellement, les deux plages par défaut font amplement l’affaire, à 800 et 1600 DPI.

Il est à noter que sur les nombreuses heures d’utilisation, je n’ai noté aucun problème, aucune latence, aucun manque de réactivité. Les performances sont à la fois stables et excellentes.

Le logiciel SteelSeries Engine : au grand complet !

Logiciel de la SteelSeries Rival 3

Dès que vous avez branché la souris, le fabricant vous propose de télécharger le programme SteelSeries Engine. Personnellement, je vous recommande de le faire directement, tant il est sympa. Mais pas de panique : vous pouvez toujours le télécharger sur le site officiel du fabricant au besoin.

Le logiciel se divise en plusieurs onglets et fenêtres, alors voyons tout ça ensemble de façon organisée :

  • La page d’accueil : périphériques SteelSeries, applis et jeux

Ce sont là les trois onglets qui vous sont présentés. Le premier reprend tous les périphériques Steelseries connectés et identifiés – car oui, il s’agit d’un unique logiciel pour tous les périphériques du fabricant. Depuis cet onglet, vous pouvez donc accéder au paramétrage de la souris (j’y reviens ensuite) et aux autres périphs. Bon point : le logiciel vous avertit d’emblée si une mise à jour du firmware est disponible (ce qui était mon cas).

Viennent ensuite deux autres onglets, un peu gadgets mais sympas. La bibliothèque d’applis vous permet d’intégrer des fonctionnalités supplémentaires, par exemple pour synchroniser sur le RGB sur tous les périphériques Steelseries, optimiser la qualité sonore, ou encore retrouver des infos et news sur nos jeux préférés (DOTA, LoL, etc.). Dans l’onglet « Bibliothèque », le logiciel peut détecter tous les jeux que vous avez en votre possession. Vous pourrez ensuite définir des réglages différents (RGB et paramétrage de la souris) pour chaque jeu individuellement. Cela n’est pas utile pour tous, mais pour les fonctions spéciales de chaque jeu, c’est sacrément bien pensé. A noter, d’ailleurs, que vous pouvez créer plusieurs profils généraux (indépendamment des jeux, juste à votre convenance).

  • Le firmware de la souris gamer : configuration et RGB
    • De nombreux réglages

En ouvrant le programme dédié à la souris, je la retrouve au milieu, avec des numéros pour indiquer les boutons. Il est ensuite possible de les paramétrer sur la gauche et également de créer des macros.

Sur la droite, vous accédez aux réglages des DPI. Par défaut, ils sont sur 800 et 1600, mais libre à vous de définir le niveau jusqu’à 8500 DPI max. Il est également possible d’ajouter davantage de choix, jusqu’à 5 plages de DPI.

Vous retrouvez, enfin, des fonctionnalités avancées, comme l’accélération, l’accrochage d’angle ou encore le taux d’interrogation (qui correspond en fait à la fréquence). Pour les néophytes, SteelSeries intègre des Infobulles détaillant les différents réglages.

  • Un RGB poussé et créatif
Logiciel de la SteelSeries Rival 3

Passons maintenant à l’onglet « Eclairage ». C’est ici que vous paramétrer les couleurs et effets RGB de la souris. Comme je vous le disais, elle est divisée en trois zones qu’il est possible de paramétrer indépendamment. Pour chaque zone, vous avez le choix des effets et des couleurs. Du côté des effets, on reste sur du sommaire peu inspiré : ColorShift, fixe ou respiration. On est par exemple loin des 8 modes de la Glorious Model D. Toutefois, du fait des trois zones, les combinaisons possibles sont virtuellement illimitées. Vous pouvez par exemple décider d’une première zone fixe en bleu, d’une deuxième zone respiration en multicolore, et d’une troisième zone en Colorshift.

Le Colorshift est d’ailleurs certainement la fonctionnalité la plus aboutie à mon sens. En gros, elle exécute une séquence de couleurs parmi plusieurs thèmes prédéfinis, au choix. Libre à vous, ensuite, de glisser les multiples curseurs afin d’augmenter la vitesse, l’ordre et la proportion des couleurs. Le tout demande un petit temps de prise en main pour comprendre le fonctionnement, mais vous profitez ensuite d’une grande liberté.

La créativité du RGB est particulièrement appréciable, d’autant plus qu’il est susceptible de convenir au plus grand nombre. Les couleurs apparaissent seulement au travers du logo et d’une fine blanche inférieure. On demeure sur quelque chose de sympa, pas grossier.

Vous l’aurez compris : je suis un grand fan du logiciel SteelSeries Engine ! Je pense qu’en fait, de ce côté-là, toute la force de la souris gamer Rival 3 tient dans sa suite logiciel hyper complète et unique. De ce fait, le fabricant peut l’inclure même sur les modèles les moins onéreux, comme celui que je viens de vous présenter.

Conclusion du test de la souris gamer SteelSeries Rival 3

Logiciel de la SteelSeries Rival 3

Mon test se voulait optimiste, et pour cause, je suis totalement convaincu par les performances de la souris. Son argument massue est évidemment son prix accessible, mais SteelSeries ne compte pas seulement sur sa tarification agressive pour séduire les gamers. Une excellente première impression se dégage dès l’unboxing, et mon avis n’a fait que se confirmer au fur et à mesure du test. Un corps solide, une réelle ergonomie (moins pour grandes mains), de très bonnes performances et une suite logicielle impressionnante.

Pour le prix, je n’ai que bien peu de critiques à formuler ; la souris gamer SteelSeries Rival 3 fait partie de mes favorites.

J’ai aimé :

  • Un rapport qualité-prix démentiel !
  • Des matériaux de qualité et durables
  • L’utilisation confortable ; la prise en main facile
  • Capteur performant, une parfaite réactivité
  • De nombreuses options de personnalisation RGB
  • Une suite logicielle unique et très complète…

J’ai moins aimé :

  • … mais qui demande un petit temps d’adaptation
  • Préhension peu évidente pour les grandes mains
  • Câble USB non-tressé

Voici notre sélection des meilleurs composants pour votre PC

Laisser un commentaire