CPU Défectueux : Les Symptômes Pour Le Détecter

Le CPU, aussi nommé le processeur, est pour ainsi dire le cerveau de l’ordinateur. Avec ses calculs, il parvient à exécuter les programmes et opérations. Il joue donc, évidemment, un rôle essentiel dans la configuration : s’il n’est plus fonctionnel, l’ordinateur ne peut plus fonctionner ; c’est dès lors un problème handicapant. Dans cet article, je vous invite à découvrir les symptômes d’un CPU défectueux, comment le distinguer d’une carte mère HS et quelles causes peuvent l’expliquer.

L’utilité du CPU pour l’ordinateur, en bref

Si la carte mère est définie comme le cœur du PC, le processeur, lui, est considéré comme le cerveau. Il sert, je vous le disais, à calculer vos instructions et à les exprimer dans un langage binaire. Il fait ainsi la liaison avec tous les autres composants, comme la carte graphique, la RAM et le HDD / SSD, de la même manière que le cerveau commande les autres organes. Pour le présenter simplement, les performances du processeur s’expriment au travers la fréquence d’horloge, donnée en MHz.

Passons maintenant aux possibles d’un dysfonctionnement du processeur :

Quelles sont les causes d’un CPU défectueux ?

Plusieurs raisons peuvent expliquer pourquoi un processeur est HS :

  • L’usage: c’est bien triste, mais évidemment, l’ordinateur vieillit lui aussi, et la durabilité du matériel est limitée.
  • Un overclocking trop poussé: les possibilités offertes d’augmenter les performances du CPU ont leur intérêt, mais rappelez-vous qu’elles présentent un danger. Overclocker un processeur au-delà de ses capacités peut en retour impacter sa durabilité.
  • Une surchauffe: il est possible que les ventilateurs soient trop défectueux ou encore trop poussiéreux, et dans ce cas, ils ne peuvent plus remplir correctement leur rôle. Il se peut aussi que vous exécutiez des programmes trop gourmands pour le processeur. Voire les deux ! Dans un cas comme dans l’autre, le processeur peut donc surchauffer. Afin de prévenir davantage de dégâts, la carte mère décide donc de couper le fonctionnement de l’ordinateur. Le processeur peut donc refroidir. Il est à noter, enfin, que si vous entendez plusieurs « bips » à la suite une fois l’OS lancé, l’ordinateur est alors probablement en surchauffe de manière critique.
  • Un défaut électrique: cela peut provenir d’une alimentation défaillante ou d’une surcharge électrique consécutive à la foudre par exemple.

Quel composant est défectueux : le CPU ou la carte mère ?

Il est facile de confondre les deux composants, car ils peuvent connaître les mêmes causes et déployer les mêmes symptômes s’ils sont défaillants.

Pour faire le point, éteignez l’ordinateur, puis rallumez-le. A chaque démarrage, le PC mène un test, nommé le « POST », qui vise à s’assurer du bon fonctionnement de tous les composants. Si l’un d’eux est HS, comme le processeur, la carte mère va alors émettre une série de bips afin d’identifier l’origine du problème. J’y reviens plus longuement quand j’aborde la question des symptômes, mais le point à retenir, c’est que la carte mère en est à l’origine. Autrement dit, si rien ne se produit au démarrage de l’ordinateur, pas même une série de « bips », il est fort probable que la carte mère (au minimum) soit HS. Il est en effet possible que d’autres composants soient défectueux, ainsi du processeur, mais vous ne pourrez pas le savoir au moyen du test « POST ».

Enfin, quand vous allumez l’ordinateur, si rien ne se passe mais que les ventilateurs du processeur se mettent en route, cela peut également signifie que la carte mère est HS. Toutefois, vérifiez les LEDs : si les lumières de la carte mère sont fonctionnelles mais que le POST test ne s’effectue pas, cela signifie alors que c’est le processeur qui est en cause.

Quels sont les symptômes d’un CPU défectueux ?

Je vous détaille maintenant les différents signes qui doivent vous alerter pour un processeur HS.

Des problèmes au démarrage de l’OS

Quand vous allumez l’ordinateur, rien ne se passe. Vous vous retrouvez face à un écran noir, qui ne passe même pas le BIOS, encore moins le lancement de l’OS. Vous remarquez que rien ne change malgré vos actions, comme des combinaisons de touche sur le clavier ou l’utilisation de la souris. Cela signifie que le processeur est HS et doit être remplacé.

Les « bips » au démarrage

Comme je vous le disais précédemment, le test POST détermine l’origine hardware du problème. Si vous les entendez au démarrage de l’ordinateur, pensez à les noter : il peut y en avoir un seul ou plusieurs, des plus longs ou des plus courts. Vous pouvez ensuite rechercher le code beep correspondant. Par exemple, il s’agit d’un problème lié au CPU si vous entendez :

  • Un bip / une pause / un bip / une pause / deux bips ;
  • 5 bips courts.

Si l’un des deux schémas précédents s’appliquent, vous pouvez donc avoir à remplacer le matériel.

L’extinction automatique du PC

Ceux-ci peuvent être consécutifs d’une surchauffe, notamment s’ils se produisent peu de temps après le lancement d’un programme gourmand qui, logiquement, va faire davantage chauffer le processeur. Si les ventilateurs ne sont pas suffisamment efficaces, ou encore que vous poussez le processeur dans ses retranchements, la carte mère peut alors décider de couper automatiquement l’ordinateur, par sécurité.

Les « freezes » (plantages)

Des blocages aléatoires se produisent lors de votre navigation ou directement après l’arrivée sur le bureau. Les combinaisons de touche sur le clavier et les clics sur la souris n’y changent rien ; seul un redémarrage de l’ordinateur permet de passer outre le problème temporairement.

L’écran bleu de la mort

Il porte bien son nom, car son apparition est porteuse de mauvaise nouvelle. Alors que vous utilisez l’ordinateur comme à l’accoutumée, vous vous retrouvez soudainement confronté à un écran au fond bleu, accompagné du smiley « 🙁 ». Cet écran signifie simplement qu’un problème critique s’est produit, mais ne désigne pas nécessairement le processeur : il peut aussi s’agir d’un souci avec la mémoire vive ou la carte mère.

Des signes de dégâts physiques

Un examen visuel du matériel peut vous permettre d’obtenir la réponse rapidement. Si le CPU défectueux a été confronté à une surchauffe, il peut présenter des marques de brûlures autour du socket, entre autres. Si tel est le cas, les dommages sont hélas irréversibles ; vous devrez donc en acheter un nouveau.

Si vous avez l’un de ces symptômes je vous conseille fortement de tester votre CPU afin de confirmer ou non le  diagnostique.

Faut-il nécessairement remplacer le CPU défaillant ?

Si c’est bien le composant en tant que tel qui ne fonctionne plus, alors hélas vous n’aurez d’autre choix que d’en acheter un nouveau. Après l’avoir installé, si des symptômes similaires à ceux évoqués précédemment se produisent encore, cela signifie très certainement que la carte mère est aussi HS.

En revanche, revenez aux causes d’un processeur défaillant : cela peut être dû à une surchauffe consécutive à une mauvaise ventilation, voire à son absence. Si les ventilateurs ne fonctionnent plus correctement, le refroidissement en est forcément impacté, amenant le processeur à surcharger. Et, consécutivement, la carte mère à couper l’ordinateur ! Cela peut toutefois être une moins mauvaise nouvelle qu’a priori, car dans ce cas, il vous suffit de les remplacer sans nécessairement avoir à changer le composant. De plus, il est possible que la ventilation ne remplisse pas bien son office simplement parce qu’il est trop poussiéreux, avec beaucoup de moutons. Pensez à les souffler et à nettoyer pour que le CPU ne soit plus amené à surchauffer.